Des recettes simples et gourmandes autour du poulet

Recette du Bami Nassi

Recette du Bami Nassi

Originaire des Indes Néerlandaises, importée au Suriname par les Javanais du temps de la Guyane Néerlandaise, servie dans les fameux food trucks qui bordent les routes et les places de ce petit bout de France niché en Amérique du sud, au fil du temps, la recette du Bami Nassi -Bami pour la version aux spaghettis et Nassi pour la version au riz-, a traversé le fleuve Maroni pour devenir une recette à part entière de la cuisine Guyanaise.

Recette du Bami Nassi Recette

Par mouncay Publié: octobre 19, 2013

  • Produit: 4-6 Portions
  • Préparation: 20 mins
  • Cuisine: 30 mins
  • Prêt dans: 50 mins

Originaire des Indes Néerlandaises, importée au Suriname par les Javanais du temps de la Guyane Néerlandaise, servie dans les …

Ingrédients

  • 800 grammes poulet ( blanc de poulet dans la cuisse ou à défaut blanc de poulet classique)
  • 500 grammes spaghetti
  • sauce soja épaisse ( j’insiste sur le terme épaisse car de la réussite du plat dépendra cet aspect. Comme son nom l’indique cette sauce soja est beaucoup plus épaisse et corsée que la sauce soja classique, elle servira dans la recette à faire un sirop à base de caramel et de gingembre. On trouve assez facilement cette sauce soja dans toutes les bonnes épiceries asiatiques qui se respectent sous le nom de Dark Soy Sauce contrairement à la sauce soja classique appelé Light Soy Sauce et dernier point, faites attention car on peut également trouver de la sauce soja épaisse mais aromatisé aux champignons. )
  • sauce soja classique
  • 2 oignons ( 1 gros et un petit )
  • 2 échalotes
  • 3 gousses ail
  • 2 citrons verts
  • sucre
  • 2 cubes bouillon de poule
  • 1 bout gingembre ( frais environ 30 grammes, surtout ne pas mettre de gingembre en poudre, moins aromatique et beaucoup plus piquant)

Instructions

  1. Marinade :
    Faire mariner au minimum 1h le poulet avec 1 cuillerée à soupe de sauce soja épaisse et 2 cuillère à soupe de sauce soja claire, 1 cuillère à soupe d’huile d’arachide, 1 bonne cuillerée à soupe de sucre, 1 citron pressé, 1 bout de gingembre (cube de 1 à 2 cm de coté) râpé, 1 oignon moyen émincé et 1 cube de bouillon de volaille effrité.
  2. Sirop :
    Faire revenir à feu doux dans une casserole 3 cuillerées à soupe d’huile, 6 cuillerées à soupe de sauce soja épaisse, 2 cuillerée à soupe de sucre ajoutez en une cuillère ou deux en plus si vous voyez que le sirop à du mal à prendre, 1 cube de bouillon de volaille, le jus d’un citron vert, le gros oignon, les échalotes et l’ail émincés ainsi que reste du gingembre râpé environ 4 cm de long.
    Une fois que le sirop est bien infusé par le gingembre, le citron vert et la préparation d’ail/oignions/échalote, que le salé de la sauce soja est bien équilibré par rapport au sucre et que celui-ci s’est suffisamment épaissi, retirer la casserole du feu et passer la préparation au chinois ou a défaut dans une passoire avec des ouvertures fines et récupérer le sirop que l’on viendra ajouter aux spaghettis dans la suite de la recette. (ne pas jeter le filtrat de la préparation, on s’en resservira plus tard également)
  3. Plat
    Faire cuire les spaghettis jusqu’à ce qu’elles soient al dente, c'est-à-dire ferme (attention je n’ai pas dit croquante) , rincer à l’eau froide pour stopper la cuisson et les décoller puis les réserver.
    Dans une poêle, faites revenir la préparation de poulet avec sa marinade (vous pouvez également ajouter une cuillère à soupe de la préparation resté dans le chinois précédemment). Faites attention à ne pas trop faire cuire le poulet afin qu’il ne soit pas trop sec puis réserver.
    Dans une grande casserole ou un fait-tout faites réchauffer à feu moyen les spaghettis et incorporer le sirop jusqu'à ce qu’elles en soient toutes imprégnées. Puis ajouter le poulet et son jus et remuer le tout pendant 2/3 minutes à feu doux.
  4. N’hésitez pas à me poser des questions sur cette recette, car pour la petite info, il m’a fallu quelques essais avant de la maîtriser parfaitement, mais une fois qu’on l’a tient, on ne peut plus s’en passer.

Comments

comments